Animaux errants et abandons

J’ai trouvé un animal. Que faire?

Si vous résidez à Boucherville, à Longueuil ou à Saint-Bruno-de-Montarville, vous devez nous téléphoner le plus rapidement possible au 450-655-2525 #201.  Si vous n’êtes pas résident de ces villes, vous devez communiquer avec votre ville pour connaitre le service animalier de votre région. Il est important de faire toutes les démarches pour retrouver le propriétaire avant de décider de garder l’animal avec vous.

Je dois me départir de mon animal. Que faire?

Si vous ne pouvez plus vous occuper de votre animal, faites tout ce que vous pouvez pour lui procurer une belle vie stable dans un nouveau foyer. Peut-être qu’un membre de votre famille, un ami, un collègue de travail, ou encore quelqu’un du voisinage serait heureux de l’accueillir?

Si vos démarches sont infructueuses et que vous êtes citoyens de Boucherville, Longueuil ou Saint-Bruno-de-Montarville, nous vous invitons à nous contacter au 450-655-2525. Vous pourrez ensuite conduire l’animal à notre refuge ou demander une cueillette moyennant certains frais. Vous devez nous renseigner le plus possible à son sujet, quant à sa nature et à ses habitudes, afin de maximiser ses chances de trouver une nouvelle famille sans être trop déstabilisé.

Je veux donner mon animal en adoption. Dois-je payer?

Non, nous recueillions gratuitement les animaux abandonnés par les citoyens de nos villes partenaires. Nous demandons cependant un don volontaire, sachant qu’il en coûte 20$/jour pour héberger un chien et 5$/jour pour héberger un chat.

Que faites-vous avec les animaux qui arrivent à votre refuge?

Tous les animaux passent au triage afin d’évaluer leur état de santé et leur comportement. Après cette évaluation, ils sont transférés dans des salles d’hébergement.

Nous nous donnons 5 jours pour retrouver la famille des animaux errants. Par la suite, ceux-ci sont à nouveau évalués afin de déterminer s’ils pourront être offerts en adoption, s’ils seront transférés dans un autre refuge ou dans une animalerie partenaire, ou s’ils seront, en dernier recours, euthanasiés.

Pourquoi ne gardez-vous pas les animaux plus longtemps pour donner une chance aux propriétaires de les retrouver?

Il est faux de croire que garder un animal plus longtemps en refuge augmente ses chances d’être retrouvé. Les statistiques le démontrent : quel que soit la durée de l’hébergement, prolonger la garde légale n’augmente pas les chances de l’animal d’être retrouvé par son propriétaire. Une durée de garde prolongée engendre au contraire une augmentation des frais pour l’hébergement d’un grand volume d’animaux tout en diminuant les ressources disponibles pour les soigner.

La clef pour retrouver un animal perdu, c’est l’identification permanente. Le propriétaire qui n’identifie pas son animal envoie le message que la perte de celui-ci lui importe peu. Micropucez vos animaux!

En quoi consiste un temps de garde légale?

La durée de garde légale est le nombre de jours minimal durant lesquels un animal trouvé, avec ou sans identification, doit être hébergé par un refuge, selon les ententes de contrôle animalier avec les villes partenaires. Au SARS, il s’agit de 5 jours pour un animal non identifié et 10 jours pour un animal identifié. Pendant cette période, on présume que le propriétaire de cet animal le recherche. Le refuge a ainsi la responsabilité d’héberger l’animal et de lui offrir les meilleurs soins possibles pour assurer son confort et son bien-être.

Malheureusement, trop peu de propriétaires d’animaux identifient leur animal de compagnie, s’imaginant sans doute qu’ils ne le perdront jamais. Aussi, très peu d’animaux errants sont réclamés. Certains propriétaires abandonnent leur animal en le déclarant errant. Ces animaux doivent alors attendre plus longtemps avant d’avoir la possibilité d’être recueillis par une nouvelle famille, augmentant ainsi leur stress et le risque d’être malade.

Quelles évaluations et procédures faites-vous sur les animaux?

Les animaux sont d’abord vus par un évaluateur comportemental afin de comprendre leur tempérament. Ces tests nous permettront, entre autres, de voir le niveau d’éducation, de sociabilité, d’agressivité de l’animal, etc. À la suite de ces tests, certains animaux passent à l’évaluation médicale par un vétérinaire. Cette étape nous permet de connaitre l’état de santé de l’animal et quelles seront les interventions nécessaires. Si l’animal est suffisamment en bonne santé, nous passons à la stérilisation et aux autres procédures chirurgicales.

Pourquoi n’acceptez-vous pas les animaux des autres villes?

Les citoyens de nos villes partenaires payent pour les services que nous offrons. Il ne serait donc pas juste d’offrir nos services aux citoyens des villes qui ne les financent pas.

Qu’est-ce que la « capacité de soins » d’un refuge?

La capacité de soins consiste au nombre maximal d’animaux que le refuge peut héberger en tout temps, basé sur l’espace physique et les ressources humaines et financières. Cette limite permet d’assurer des soins de qualité et égaux à tous les animaux dont le refuge est responsable. Ne pas respecter la capacité de soins, c’est accepter, en quelque sorte, la négligence ou la maltraitance envers les animaux.

Pour s’assurer de ne jamais dépasser la capacité de soins, les opérations et les programmes du refuge misent sur le replacement efficace des animaux qui peuvent être sauvés et sur la réduction du temps de séjour au refuge.

Pourquoi acceptez-vous tous les animaux?

Le refuge SARS ne refuse aucun animal provenant de nos villes partenaires (Boucherville, Longueuil et Saint-Bruno-de-Montarville), quel que soit leur état de santé physique ou leur comportement. Il nous faut donc gérer des populations dont le volume varie beaucoup selon le nombre d’admissions d’animaux, en plus de nous occuper d’animaux dont l’état diffère, certains étant propices à l’adoption, d’autres dangereux ou mourants. Ces animaux appartiennent à la communauté. Notre mission est d’offrir hébergement et soins à tous les animaux en ayant besoin qui proviennent de nos villes partenaires.

Je ne peux pas obtenir de renseignements précis sur les animaux errants. Pourquoi?

Pendant la période de garde légale, les animaux errants appartiennent encore à leur propriétaire. À ce moment, nous n’avons pas le droit de divulguer de l’information sur la santé ou le comportement de ces animaux puisque nous n’en sommes pas légalement les propriétaires.